A. L’Etat et le consommateur se battent pour et contre le Nutella, l’un en cherchant à faire des réformes et l’autre au moyen de ripostes.

Le Nutella est montré du doigt par l’Etat. Comme nous l’avons vu, il peut engendrer chez certaines personnes des maladies plus ou moins graves. L’Etat afin prévenir sa population des risques liés à la consommation du Nutella mais également pour ne pas avoir à couvrir les frais médicaux ( par la sécurité sociale), voudrait voter des lois contre ce produit.

Le parlement Européen contrairement à ce qu’on aurait pu croire à un moment donné ne veut pas interdire le Nutella. Effectivement le 16 juin 2010, Bruxelles a décidé d’adopter une loi stipulant que la publicité des aliments dépassant les 10% de sucres, 4% de gras et 2mg de sel devra être interdite et, que de plus ces aliments soient pourvus d’une étiquette mentionnant la teneur en gras et sucres et non plus en lipides et glucides car cela devenait complexe pour certains consommateurs. Le Nutella serait donc contraint de se plier à ces exigences. Mais, comme l’aurait pu croire à un moment les fans de la célèbre pâte à tartiner, le Nutella ne sera pas muni d’une étiquette : « Attention produit dangereux, favorise l’obésité» .

Depuis 2010, il n’y a pas eu plus d’avancement dans ce projet de loi visant ces aliments.
Mais de toute façon comme le rappelle le nutritionniste Bernard Waysfeld, président de l’association Gros (groupe de réflexion sur l’obésité et le surpoids) : « On aurait tort de se priver de la célèbre pâte à tartiner, qui reste, en petite quantité bien sûr, un excellent produit ! (...) comme tous les produits à forte densité calorique, il faut le consommer dans des quantités réduites. Si on décidait de l’interdire, il faudrait aussi interdire le chocolat, la confiture, voire même le beurre». 

La riposte des fans ne s’est pas fait attendre. Dès le lendemain de l’annonce du parlement Européen, des groupes se sont formés afin de défendre leur pâte à tartiner. En Italie, il
y a notamment un député qui a pris les choses en main en fondant un comité de soutien : «Touche pas à mon Nutella». Mais également sur Facebook, la résistance s’organise en créant des pages avec plus de 1,3 millions d’adhérents. Partout les fans veulent défendre le Nutella. 
Les fans ne veulent pas que le parlement Européen «touche» au pot de Nutella d’abord en raison du goût bien sûr mais également pour une autre raison. Le Nutella est synonyme pour certain de souvenirs d’enfance et surtout d’Italie.
unknown-1.jpegAffiche des fans pour défendre «leur» pot de Nutella !



Le Nutella est donc «attaqué» par différents acteurs pour sa composition, mais Ferrero restera encore pour le moment sur le marché des pâtes à tartiner car il y aura toujours beaucoup de monde pour défendre le Nutella !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site